femme fatale sylvie g
Chroniques

Femme fatale

Sylvie G.        Les Éditions JCL

Sorti en: mars 2018    360 pages

Quatrième de couverture:

Femme fatale sylvie g

Jonathan Serra, enquêteur pour le Boston Police Department, se voit attribuer une nouvelle coéquipière en la personne d’Elisabeth Stevens. Ensemble, ils sont chargés de l’affaire Katriana, cette présumée tueuse en série qui joue la séductrice irrésistible afin d’attirer ses proies. Chaque cas met en scène un homme démontrant un fort attrait pour la luxure ; chaque fois, les lieux du crime sont laissés impeccables.

Si ce dossier devient l’un des plus frustrants de sa courte carrière, Jonathan se fait tout autant secouer par sa partenaire. Le jeune policier y voit, au-delà des jolies courbes, une âme sensible et fragile pour qui il se prend d’affection. Mais pourquoi Elisabeth tarde-t-elle à se laisser attendrir ?

Bien que les deux collègues travaillent avec acharnement, les victimes de la femme fatale Katriana se multiplient rapidement et l’enquête se complexifie de plus en plus. Alors que tout semble sans issue, la découverte d’un lourd secret à l’origine des meurtres changera leur vie respective à jamais…

Mon avis:

J’ai dévoré ce roman!  Le petit commentaire en bas de la quatrième de couverture est très véridique!  Sylvie G. a une plume superbe, facile à lire qui nous emporte rapidement dans son univers.

Moi qui n’avais jamais lu ces romans encore, je suis conquise!  Dire que ce n’est pas son genre de prédilection en plus!

L’histoire commence avec la mise en place d’un meurtre.  On ne connaît pas le mobile, mais on sait assurément que le meurtrier est une femme.  C’est à la même conclusion qu’arrivera l’enquêteur Jonathan Serra, le policier chargé de l’enquête.

D’ailleurs, j’ai tout de suite aimé ce policier qui cumule les aventures d’un soir.  Il cherche la femme avec laquelle il pourrait parcourir un grand bout de chemin.  Là, on sent poindre la fibre romantique de l’auteure.  Sylvie G. qui écrit habituellement de la «chick-lit», ne peut tout simplement pas laisser l’amour de côté.  Et c’est tant mieux! J’ai trouvé que romance et thriller policier était chacun bien dosé et faisait bon ménage.  Bravo à l’auteure d’avoir osé!

Donc, pour en revenir au beau policier… On sent au début qu’il a une certaine réputation de coureur, mais bien moins évidente que celle de Rick Holmes, un emmerdeur de première.  Je qualifierais même ce dernier de gros épais et je retiens mes mots.  J’ai tellement détesté son attitude arrogante et sa façon d’être!

De fil en aiguille, l’enquête prend de l’ampleur avec de nouvelles victimes.  Jusqu’à quand cela s’arrêtera?

Les retours en arrière dans le temps ne m’ont aucunement dérangés, moi qui n’apprécie guère habituellement.  Tout ça pour dire que c’est un excellent roman à lire, que vous préfériez les suspenses ou les romances!

5/5 J’ai adoré!

 

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.